Où poser Mars 2020 ?

La NASA a déjà engagé les discussions pour le site d’atterrissage de son prochain rover martien Mars 2020.

La mission dispose du même système d’atterrissage que pour Curiosity, et donc beaucoup d’endroits sont encore accessibles sur Mars. Les contraintes sont les suivantes (site du JPL) :

  • sous les 500 m d’altitude
  • entre 30°S et 30°N de latitude
  • une ellipse de 20 km par 25 km mais qui pourrait être plus petite si l’équipe du projet demande que les ingénieurs développent la technologie (ce sera plus cher aussi  !)
  • et comme d’habitude, un endroit assez plat, avec pas trop de rochers à la surface, et pas trop de poussière non plus

Une réunion était organisée près de Washington DC en mai dernier pour discuter des sites envisagés. Plus de 30 sites ont été présentés au cours de la réunion, et E-Mars en a présenté pas moins de 4, devant un auditoire d’une centaine de scientifiques et quelques journalistes, et un « webitoire » d’une trentaine de personnes.

Les zones noircies sont trop hautes en altitude, les zones blanchies sont trop hautes ou basses en latitude. Les pastilles montrent les sites présentés à la réunion. [Grant & Golombeck, Mars 2020 landing site selection workshop, May 2014]
On retrouve des sites déjà étudiés ou présentés par E-Mars : Mawrth Vallis, Oyama Crater, Oxia Planum, Coprates Chasma.

Le but de la réunion était aussi de déterminer quels sites auraient la priorité pour obtenir de nouvelles données orbitales.

Suite de la sélection, juin 2015 !

Curiosity trouve du gypse dans le cratère Gale

Le rover Curiosity vient de faire sa première détection minéralogique de circulation d’eau dans le cratère Gale (quelques mois après être passé dans un ancien lit de rivière). Il s’agit cette fois-ci de veines de minéraux hydratés découvertes sur un affleurements rocheux.

C’est l’instrument franco-américain ChemCam qui a analysé la composition élémentaire de ces veines très claires, de quelques millimètres d’épaisseur seulement, remarquées sur les images de la caméra du rover (on les voit sur l’image de gauche, ci-dessous). Après avoir focalisé un laser sur la roche pour en volatiliser une petite partie, un spectroscope analyse la lumière émise et l’on arrive à en déduire la présence de certains atomes dans la roche. Les scientifiques de la mission ont remarqué que les minéraux qui composent ces veines sont bien plus riches en soufre et surtout en calcium que les roches autour. Il s’agirait certainement de sulfates de calcium, comme le gypse, qui sur Terre se forme souvent par précipitation de fluides circulant dans des fractures de la roche (comme sur l’exemple de l’image de droite, ci-dessous).

Il a donc été décidé de prélever une petite partie de ces roches pour en analyser plus précisément la composition avec les autres instruments du rover. C’est la première fois que la petite foreuse montée sur le bras de Curiosity va être utilisée !

Des veines de gypse vues par Curiosity, comparées à des veines similaires sur Terre
Credit: NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/IRAP/LPGNantes/CNRS/LGLyon/Planet-Terre

Un rover de plus de la NASA vers Mars en 2020 !

Alors que Curiosity continue sa mission à la surface de Mars, et que tout a l’air de fonctionner parfaitement, les agences spatiales préparent les futures missions à la surface de Mars. Et à partir de 2016, la cadence sera soutenue :

  • 2016 : La NASA va lancer InSight, une plate-forme au sol (lander) du même type que Phoenix, qui va délivrer notamment un sismomètre et une sonde qui mesurera le flux de chaleur dans la croûte martienne.
  • 2018 : L’ESA prépare un rover dans la mission ExoMars, en collaboration avec la Russie, qui devrait être lancé en 2018. Les ministres des pays membres de l’ESA se sont réunis le mois dernier, et ils ont confirmé la préparation de la mission.
  • 2020 : Et la grande nouvelle, c’est que la NASA vient d’annoncer hier 4 décembre, qu’ils vont étudier un nouveau rover pour un lancement en 2020 ! Basé sur la même architecture que Curiosity, il pourrait préparer des échantillons pour un retour de roches martiennes vers la Terre par la suite.

C’est donc toujours plus de travail pour l’équipe e-Mars pour proposer et aider à sélectionner les meilleurs sites d’atterrissage pour ces missions, selon leurs objectifs respectifs.

Un modèle du rover ExoMars
Crédit: ESA

Curiosity est sur Mars!

Et voilà, c’est fait! Curiosity est sur Mars…

Après un peu plus de 8 mois de voyage, le rover Curiosity s’est donc posé sans encombre à la surface de la planète rouge. Bravo à tous les ingénieurs qui ont travaillé sur ce système d’atterrissage! Nous avons été nombreux à suivre la phase finale en direct, les plus chanceux depuis la « Control Room » au JPL, les autres -comme moi- sur la NASA TV.

Je suis persuadé que de nombreux blogs/médias raconteront ces « 7 minutes de terreur » bien mieux que moi (j’attends en particulier le compte rendu d’Emily Lakdawalla [Edit : le lien direct vers le billet])! Je ne vais donc pas m’étendre là-dessus autrement que par les deux vignettes ci-dessous : ce sont les premières images (tailles réelles) envoyées par la sonde. En cliquant dessus, vous obtiendrez les images « grand format » obtenues quelques minutes plus tard.

L’ensemble des images réalisées par MSL pourra être téléchargé sur le site de la NASA (images brutes) ou sur le catalogue du JPL.

Continuer la lecture de « Curiosity est sur Mars! »

Keep calm and carry on… exploring!

Grâce à Twitter, via un tweet de Scott Maxwell, je suis tombé par hasard sur un design de poster faisant référence aux coupes budgétaires de la NASA évoquées dans les précédents billets. Je ne résiste pas à l’envie de le partager…

Keep calm and carry on exploring

Pour la petite histoire, l’affichage originale a été produite par le gouvernement britannique en 1939. Elle est issue d’une série de trois affiches destinées à remonter le moral des citoyens britanniques, notamment en cas de défaite. Vous pouvez voir le visuel original sur la page Wikipedia. Depuis la re-découverte de l’affiche en 2000, le design a régulièrement été détourné.

L’adaptation martienne nous montre un des rovers martiens (Spirit ou Opportunity), coiffé de la couronne royale, ainsi qu’un texte légèrement modifié par l’ajout de exploring. Le message est clair : quelles que soient les volontés politiques et budgétaires, restons calme et continuons notre travail d’exploration de la planète rouge! Et pour les plus fans, il est possible d’acheter le T-Shirt qui va bien sur la boutique en ligne de la Planetary Society

Le rover Opportunity couvert de poussière

Voici des nouvelles du rover martien Opportunity en provenance du site Spaceflightnow. Le rover s’apprête à passer un hiver difficile du point de vue énergétique : ses panneaux solaires sont actuellement recouvert de poussière, comme le montre la mosaïque d’images ci-dessous. Pour comparaison, la seconde image montre la même scène prise en 2007. Espérons que, comme les années précédentes, le vent martien finisse par nettoyer tout ça!

Opportunity en décembre 2011 - Credit: NASA/JPL-Caltech
Opportunity en septembre 2007 - Credit: NASA/JPL-Caltech

Landing Site Workshop

L’équipe e-Mars avait soumis début décembre deux résumés pour le 1st Landing Site Workshop: Possible Joint Rover 2018 Landing Sites. Vous pouvez retrouver le billet correspondant ici et les deux résumés la.

Hier, le programme de la journée de workshop a été mis en ligne. Cet atelier, qui se déroulera à côté de Washington le 29 février, a pour objectif de commencer l’identification de sites d’atterrissage potentiels pour une future mission de rover martien (probablement une mission de retour d’échantillons). Les sites qui seront présentés peuvent être issus du processus de sélection de la mission MSL ou bien être totalement nouveaux (c’est le cas d’un des sites présentés par l’équipe e-Mars!). A la fin de l’atelier, une liste des sites prioritaires devrait émerger. Cette liste pourra servir de base pour la planification de nouvelles observations par les instruments orbitaux (CRISM et HiRISE par exemple) et les futures discussions.

Le workshop se déroulera donc le 29 février, juste après le 2nd international meeting of MEPAG. Comme Cathy sera à Washington, elle assistera seule à cette journée et fera les deux présentations! Harold n’ira défendre les couleurs d’e-Mars qu’à la LPSC. D’après les organisateurs, les données du workshop devraient être accessibles via Webex.